Tag Archives: aleppo

Aleppo,a “dead” city, the latest videos


All suggestions, ideas and thoughts are always welcomed

Envoyé Spécial – Alep au coeur de la guerre (At the peak of the Syrian War in Aleppo)


  • Alep : au cœur de la guerre, reportage.

Depuis quelques jours, les bombardements sont de nouveau très intenses sur Alep-Est, le quartier emblématique de la résistance à Bachar El-Assad. Le pouvoir est en passe de reprendre le contrôle de la ville. La situation des habitants, pris au piège, devient extrêmement critique. Depuis quelques semaines, des civils opposants au régime filment pour Envoyé Spécial (France2 Télévisions) la vie quotidienne sous les bombes, au risque de leur vie.

  1. English: Aleppo: At the peak of the Syrian war, documentary. As Syrian forces are on the way to retake Aleppo and to retake Aleppo’s final rebel footholds, tens of thousands of civilians are caught in the crossfire. The city’s eastern districts — which President Bashar al-Assad’s forces lost to the rebels in 2012 — have seen the fiercest bombardment of Syria’s war. Hospitals are systematically targeted, blood banks have been destroyed, and the crisis deepens through a crippling government blockade.
  • Actualités pour la ville d’Alep:

Selon le Monde, à la demande de la France, une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU sur la situation à Alep-Est s’est tenue mercredi 30 novembre à New York. Et s’est achevée sans résultat, nouvelle preuve de l’impuissance de la communauté internationale face au conflit syrien.

Néanmoins, la Russie a proposé la création de quatre couloirs humanitaires à Alep-Est, a indiqué aujourd’hui un responsable des Nations unies, qui espère pouvoir évacuer les blessés et acheminer de l’aide dans la partie de la ville assiégée par les forces du régime syrien.

Aujourd’hui, le  3 Décembre, Sputnik France a rapporté que les États-Unis ont remis à la Russie de nouvelles propositions concernant le règlement de la situation à Alep, qui coïncidaient avec les approches de Moscou, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

  • Quelle est la situation humanitaire ? (Source: Libération.fr)

«Alarmante et effrayante», selon Stephen O’Brien, responsable des affaires humanitaires à l’ONU. «Une lente descente aux enfers», d’après la porte-parole du Programme alimentaire mondial.

«Une catastrophe»,pour le Quai d’Orsay. «La situation est horrible. On ne cesse de nous amener des blessés et des morts, nous sommes complètement dépassés. L’odeur de sang est partout», dit l’infirmier d’un dispensaire. D’autres habitants décrivent à Libération «une pluie de bombes».

En deux semaines, plus de 250 civils ont été tués, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Les insurgés ont, quant à eux, tué au moins 27 civils en tirant des roquettes sur les zones gouvernementales.

Quand les médias russes sont en train de regarder une autre guerre civile en Syrie


Premièrement, il faut le mentionner que ni la Russie ni les Etats-Unis ont les mains propres dans cette guerre sans fin. On risque de  voir dégénérer  le conflit syrien en troisième guerre mondiale vu qu’un processus de paix n’est désormais pas possible  vu que cette guerre est devenu incontrôlable. Un journaliste ne doit pas prendre position ni pour l’un ou l’autre et rester neutre autant que possible.

Lorsque un hôpital contrôlé par les rebelles à la partie est de l’Alep a été frappé, probablement par des frappes aériennes de la part des alliés au régime d’Assad  la semaine dernière, l’image de la mort de nombreuses personnes innocentes en Syrie a fait le tour du monde et l’une des journaux internationaux.

Néanmoins, ces bombardements n’ont pas fait la une des médias russes ni même dans les petits titres à droit et à gauche  des journaux.  Au contraire, en Russie et à travers les médias russes on a pu voir que leur attention a été portée sur la lutte du gouvernement syrien pour l’acquisition du contrôle de la ville d’Alep avec le soutien de Moscou.

Le régime syrien mène depuis 11 jours, avec l’aide de la Russie, une vaste offensive pour reprendre cette partie d’Alep, au prix de bombardements massifs, qui ont suscité l’indignation des pays occidentaux. “Tout le monde est à bout de patience avec la Russie”, a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest. “Il n’y a plus rien dont les États-Unis et la Russie puissent parler” à propos de la Syrie, a-t-il ajouté. Peu après, Moscou a assuré “regretter” la décision de Washington.

sputnik hôpital alep
Capture: fr.sputniknews.com

Après l’annonce hier, lundi 3 Octobre, que les Etats-Unis suspendent leur pourparleurs avec le Russie sur un cessez-le-feu en Syrie, après la destruction totale du plus grand hôpital du secteur rebelle d’Alep selon France24, Moscou a réagi en écrivant que : les Etats-Unis sont prêts à un accord avec le diable pour renverser Assad sans donner la vraie cause de cette suspension, les pro-Assad libèrent un quartier industriel d’Alep, ou encore le : les États-Unis rompent leurs contacts bilatéraux avec la Russie sur la Syrie.

L’agence russe Tass et d’autres médias russes ont plutôt écrit sur les victoires du régime d’Assad contre l’opposition (qualifiée commet terroriste par la Russie) et on n’a même pas vu un mot pour les morts ou pour les frappes aériennes visant l’hôpital d’Alep. Le Channel One Russe a rapporté que des soldats russes transportant de l’aide humanitaire aux «réfugiés des quartiers d’Alep, contrôlés par des terroristes”.

Certes, le rôle des Etats-Unis reste très ambigu quand à l’armement des différentes milices de l’opposition syriennes, certaines étant très proches des mouvements radicaux, mais le régime d’Assad,  et ses méthodes employées sur le terrain, est trop loin pour être décrit et défini comme démocratique.

La télévision russe en Russie met en avant toujours  l’activité des forces russes et syriennes, en ignorant l’ambleur du dommage causé par ces activités pour la population syrienne.Ces mêmes sources indiquent que les troupes syriennes “n’ utilisent pas de mortiers dans les bâtiments résidentiels ou contre les citoyens non-armés», sans passer par le fait que les forces gouvernementales de Bachar al-Assad avaient déclenché des frappes aériennes les plus intenses dans l’histoire de la guerre civile syrienne.

En plus, la propagande était toujours un outil qui servait  aux grandes forces pendant la guerre froide et actuellement bien-sûr. Selon stopfake.org à l’intérieur d’un bâtiment de marbre de quatre étages à Saint-Pétersbourg, des centaines de personnes ont été  embauchées pour écrire des commentaires sur les sites Web et de promouvoir la ligne du gouvernement. Connus sous le nom  comme des  “trolls Kremlin” les hommes et les femmes y travaillent environ  12 heures par jour, en inondant  Internet avec une propagande visant à promouvoir la vision du président Vladimir Poutine sur la Russie et le monde.

babushka putin

Read:

THE WHITE HELMETS: WHO ARE THEY? NETFLIX AND ITS NEW DOCUMENTARY SHOWS A VERY DISTORTED IMAGE OF THE GROUP’S REALITY ACCORDING TO EXPERTS!

 

Crédit Image Principale: Euronews

What price for a little fresh air in the middle east? Surprising study results //Au Moyen-Orient, la guerre aurait fait baisser la pollution de l’air


Photo:Changes in the levels of nitrogen oxide between 2005 and 2010 (A) and 2010 and 2014 (B). Science Advances.

  • A combination of armed conflict, political upheaval and economic restrictions has unexpectedly decreased air pollution in the Middle East since 2010.
  • The Arab spring and economic crises in the Middle East have drastically altered air pollution levels in the region, according to new research.

    Levels of nitrogen dioxide, a toxic gas produced by car engines and power plants than can contribute to climate change, grew rapidly in cities like Damascus, Aleppo, Tehran and Cairo in the early years of the 2000s until they experienced a drop-off around the beginning of the following decade. The onset of unrest caused an economic impact that led to the decline, researchers say.

    //platform.twitter.com/widgets.js
    The report, published in the journal Science Advances, argues that the decline is “tragically” linked to political and social upheaval since the time of the Arab spring. It says the dramatic trend reversal is unique to the Middle East.

    “We find that geopolitics and armed conflict in the Middle East have really drastically altered air pollution emissions,” said Prof Jos Lelieveld, director at the Max Planck Institute for Chemistry in Germany and lead author on the report.

    “From 2005-10 the Middle East has been one of the regions with the fastest growing air pollution emissions. This also occurred in East Asia, but especially in the Middle East. This was related to economic growth in many countries. However it’s the only region in the world where this upward trend of pollution was interrupted around 2010 and then followed by very strong decline.”

    Continue reading What price for a little fresh air in the middle east? Surprising study results //Au Moyen-Orient, la guerre aurait fait baisser la pollution de l’air