Tag Archives: oil

A New Record or Bad News for our Coal-Oil pro-conspiracy movement friends: Yesterday, Wind Produced 16,5% of Europe’s Total Electricity Needs


share of wind energy in electricity demand europe
Share of Wind Energy in Electricity Demand Europe:Caption: https://windeurope.org/about-wind/daily-wind/
  • 40% in Ireland (Irlande)
  • 35% in Spain (Espagne)
  • 45% in Portugal 
  • 33% in Germany (Allemagne)
  • 29% in Romania (Roumanie)
  • 57% in Denmark (Danemark)
  • 19% in Netherlands (Pays-Bas)
  • 18% in Lithuania (Lithuanie)

France :12%

 

Iran & Oman common gas export pipeline project will now change route in order to avoid UAE’s waters


Reuters reported last week that Iran and Oman have agreed to alter the route of an underwater gas pipeline planned to ship Iranian gas to Oman in order to avoid territorial waters of the UAE, Iranian oil minister Bijan Namdar Zanganeh , adding that the re-route would not have economic impact on the gas export project.

iran oman map

Français: L’Oman et l’Iran ont pris la décision la semaine dernière de changer le la route d’un pipeline à gaz sous-marin, lors de la planification d’opérations d’exportation  gazière en bloc, pour éviter des eaux contrôlées par les Émirats Arabes unis, le ministre de pétrole de l’Iran a déclaré  mardi après la réunion avec son homologue  omanais à Téhéran.

Le pipeline planifié connecterait les énormes réserves de gaz  de l’Iran avec des consommateurs omanais aussi bien qu’avec les usines de gaz naturel liquéfié (LNG)  en Oman qui pourrait ainsi  réexporter ces réserves  de gaz par la suite

Press TV added to this that Iran  expects to finalize talks over an ambitious project to export natural gas to Oman through a subsea pipeline in early March.  This new meeting is a part of a  general framework of an agreement signed in 2013 to export natural gas to Oman through a pipeline from under the Arabian Gulf seabed.

Based on an agreement signed in 2013, Iran will export 28 million cubic meters of gas to Oman per day for a period of 15 years through a pipeline that will go to the sultanate through the Persian Gulf.

Almost a third of the gas exported by Iran to Oman will be turned into liquefied natural gas (LNG) in the sultanate’s Qalhat plant, and the rest will be consumed domestically.

Iran will accordingly use the LNG produced at Qalhat plant for exports to European and Asian markets. (Press TV)

Companies which are included in this project as France’s Total, Royal/Dutch Shell, South Korea’s Korea Gas Corporation (KOGAS), Germany’s Uniper and Japan’s Mitsui attended the bilateral meeting between Oman and Iran.

Nonetheless, the Iran-Oman gas pipeline will be more expensive than initially thought after the two countries agreed to alter the original route plan to avoid passing through UAE waters, reuters reported in the past, quoting an industry source in the know.

Oman is closer to Iran than the rest of the Persian Gulf states since it is separated from them by a rather craggy range of mountains, it also has a significant Baluch population which speak an Iranian language and has also been part of Iran in classical times

Today the Gulf countries, and especially Saudi Arabia, maintain very adverse relations with Iran. Other countries (i.e. Kuwait, Qatar, UAE and Bahrain) in the Gulf Cooperation Council (GCC) generally follow the Saudi lead when it comes to their relations with Iran and the regional policies. However, Oman is the only country that maintains somewhat friendly relations with Iran, reflecting a exception.

Oman’s cordial relations go back to the 1970s when the Shah regime supported the new Sultan Qaboos against the leftist rebels in Dhofar. Iran also sees Oman as an opening to the international markets. Oman did not support Iran’s regional adversaries as in the Iran-Iraq war and the conflicts in Syria and Yemen. Instead, it chose to mediate between Iran and its rivals in many occasions, the latest of which was the Nuclear agreement in 2015. While being part of the GCC, Oman refuses to transform it into the Gulf Union, it maintains a relatively strong economic and military relations with Iran. In the aftermath of the nuclear deal the relations will be even stronger between Iran and Oman.

Trade between Oman and Iran exceeded $1 billion by the end of October last year, according to  Dr Ali bin Masoud Al Sunaidy, Sultanate’s Minister of Commerce and Industry.(Times of Oman)

Credit Map: Shana.

Links:

  1. Will Fulton and Ariel Farrar-Wellman, “Oman-Iran Foreign Relations,” American Enterprise Institute Iran, Tracker, 21 July 2011, http://www.irantracker.org/foreign-relations/oman-iran-foreign-relations.
  2. Oman and Iran: friends with many benefits, Al-Monitor, http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2016/04/oman-iran-friends-ties-gcc-disapproval-saudi.html
  3. Iran, Oman reaffirm gas export project, change pipeline route to avoid UAE, Reuters, http://www.reuters.com/article/iran-oman-gas-idUSL5N1FS2ZK.

  4. OMAN’S 2016 GEOPOLITICAL CHESSBOARD : A DISCREET ACTOR IN THE MIDDLE EAST

  5. IRAN, OMAN SIGN DEAL TO STUDY SUB-SEA GAS PIPELINE:TIMES OF OMAN

Series of earthquakes in the US likely triggered by the shale oil & gas industry activity


by  Sid Perkins for Science MagScience Mag

During the past decade or so the oil and gas industry has injected wastewater into deep rocks in eastern Texas, causing Earth’s surface to bulge ever so slightly—and likely triggering a series of tremors there in 2012, a new study suggests. Scientists say the work offers hope that similar analyses of the landscape in other oil- and gas-producing regions could help identify areas at risk of human-caused earthquakes.

The 2012 quakes shook the small town of Timpson, Texas, which lies northeast of Houston near the Louisiana state line. The largest, a 4.8-magnitude quake, and three more magnitude-4 or higher that followed, all originated in a suspicious spot: directly beneath two wells where wastewater generated during oil and gas production in the region is pumped into porous sandstone layers about 1.8 kilometers underground.

Oil and gas producers dispose of their wastewater deep underground for a variety of reasons; sometimes pumping fluid into the reservoir helps boost production, and in other cases it’s a convenient method of getting polluted water out of retention ponds on the surface so that it doesn’t inadvertently spill to pollute rivers, streams, or other sources of drinking water.

Continue reading Series of earthquakes in the US likely triggered by the shale oil & gas industry activity

Les apparences sont aussi souvent trompeuses au Proche et Moyen Orient.


“Au Moyen Orient, vous pourriez constater que souvent l’impossible devient possible”. Si vous êtes débutant en géopolitique et géostratégie pour le Proche et Moyen Orient, vous pourrez me dire que j’exagère un peu. Pourtant,  les incidents graves qui ont lieu aujourd’hui dans cette région, , qui aurait pu savoir ou imaginer, dès les années 2000, qu’une telle catastrophe humaine allait y arriver aujourd’hui?

Par rapport à la situation qui y régnait il y a près de 6 mois au Proche-Moyen Orient, le contexte a été complètement renversé:

  • La Turquie a renoué ses relations diplomatiques  à nouveau avec l’Etat hébreu et la Russie et au cours du même mois de Juillet, l’ancien style du kémalisme et ses “restes” n’ont pas pu renverser le Sultan turc quand  le putsch a été avorté le 16 Juillet.
  • Des délégations entre Riyad et Tel-Aviv font des allers-retours car l’ennemi numéro 1 pour les deux c’est l’Iran.
  • L’Iran et les Etats-Unis sont sur le point de normaliser leurs relations :Sans aller jusqu’à la renaissance d’une vieille alliance datant de l’époque du chah, ce rapprochement pourrait rebattre les cartes stratégiques du Proche-Orient.
  • Erdogan a réalisé l’ampleur des ententes américano-russes relatives à la crise syrienne qui vont généralement dans l’intérêt des Russes. Aussi la présence de la Russie au Maghreb inquiète la Turquie qui veut faire partie des projets. Ce qui l’a incitée à accélérer l’amélioration des relations avec la Russie et Israël, mais aussi à adopter deux autres voies :1.La Turquie a déclaré  son intention officielle par la voix de son premier ministre de reprendre les relations avec le régime d’Assad en Syrie au détriment de ses engagements envers l’opposition syrienne.2. Faire monter la discorde avec les Etats-Unis en raison de sa coalition avec les ennemis kurdes en Syrie et de leur soutien pour leurs ambitions pour une « fédération kurde au nord de la Syrie ». Ni le régime d’Assad ni la Turquie voudraient voir un état de Kurdistan se propager entre leurs frontières mutuelles. D’où les Kurdes ils vont attendre encore longtemps pour voir leur propre état naître aux cendres des guerres qui ravage le Moyen Orient.
  • Israël voudrait envoyer son gaz naturel en Turquie et via la Turquie ensuite en Europe. Pour réussir un tel exploit il faut que le gazoduc passe via la République de Chypre. Or, au jour d’aujourd’hui il n ‘y a pas de solution au problème communautaire entre les Grecs Chypriotes et les Turcs Chypriotes. La république de Chypre n’est pas d’accord qu’un gazoduc passe par Israël via Chypre en Turquie sans qu’une solution soit trouvée entre les deux parties à Chypre précédemment.
  • Un coup de froid a été installé aux relations entre l’état d’Israël et les Etats-Unis depuis longtemps.
  • L’Egypte s’est rapprochée de l’Arabie Saoudite en espérant des grands investissements des Saudis en Egypte. Dans cette perspective ce rapprochement jette aussi un pont entre ces deux pays :un pont reliera bientôt l’Égypte à l’Arabie saoudite.
  • L’état islamique se trouve d’ores et déjà en décomposition en multipliant ses attaques à l’extérieur du caliphat.
  • Bagdad semble gagner du terrain contre les extrémistes sunnites en Irak.
  • Les rebelles houthis au Yémen lancent des attaques sporadiquement contre la coalition menée par l’Arabie Saoudite au conflit qui depuis plus d’un an a fait plus de 6400 morts et déplacé 2,8 millions de personnes. Lancées en avril à Koweït, les discussions de paix n’ont enregistré aucun progrès.
  • La situation au Liban et aux territoires de Palestine semble très calme cet été ce qui est très étonnant.

On a l’impression que les Etats-Unis ont presque perdu leur “double- jeu” au Moyen Orient surtout que leurs alliés- les britaniques voient que leur influence se trouve en déclin après le Brexit. On a l’impression que la seule personne à qui tout réussit après surtout son implication au conflit ukrainien est le Président Russe: Vladimir Putin.

Mais les apparences sont aussi souvent trompeuses au Proche et Moyen Orient.

  • La guerre d’usure est déclarée pour toute partie impliquée au Moyen Orient surtout après le “grand trou noir” que les Etats-Unis ont fait avec leur alliés britanniques etc avec la guerre en Irak.
En raison du désordre actuel que connait le Moyen-Orient, la politique américaine dans cette région est devenue la cible du public, et le célèbre commentateur politique Noam Chomsky a récemment critiqué le « trou noir » politique créé par les États-Unis au Moyen-Orient.

Vu que la situation est plongée dans le chaos aujourd’hui les pays qui participent activement aux guerres dans cette région seront les grands perdants.  Si l’ours a l’habitude de faire le gros dos et de gagner toutes les guerres d’usure auxquelles il a pris part, l’écroulement du prix du pétrole n’est pas sans conséquences. C’est pourquoi, vu que les Etats-Unis ont beaucoup de problèmes à régler à la maison, rester activement au Moyen Orient et investir plus dans ce trou noir, ne sera pas sans conséquence. On assiste cette année à la grande course présidentielle frénétique entre Hillary Clinton et Donald Trump. Si Trump estime être le seul à pouvoir régler les problèmes de ses concitoyens, il impute à Hillary Clinton tous les malheurs du MoyenOrient, ou presque. On a vu les derniers mois des affrontements et des tueries entre la police et les citoyens “noirs” de couleur de peau aux Etats-Unis. Des événements assez tristes pour ce pays créé par des immigrés.

Les Etats Unis sont devenus le premier producteur de pétrole du monde depuis l’année dernière. (le boom du schiste américain). D’où la chute des prix du pétrole. D’où le mécontentement de l’Arabie Saoudite. Donc, la meilleure voie à suivre pour les Etats-Unis,  maintenant qu’ils sont  “indépendants” energétiquement parlant, serait leur départ peu à peu des conflits et du contrôle qu’ils ont au Moyen Orient en ayant comme objectif que tous leurs ennemis potentiels sont impliqués dans cette région pour qu’ils subissent le même niveau de dégradation que les Etats-Unis dans cette région.En même temps, sans en être inquiétés, les Etats-Unis vont rétablir leur santé économique et améliorer leur image “de police mondiale”.

Au niveau global, les deux principaux marchés de l’énergie sont l’Union européenne et la région d’Asie de l’Est, à savoir la Chine et les pays de l’ASEAN.

La région d’Asie de l’Est est le marché le plus prioritaire pour les Etats-Unis pour leur vendre du pétrole et pas le marché européen . D’où l’implication des Etats-Unis fait des nouveaux conflits en Asie.  Néanmoins, pour que les Etats-Unis réussissent dans ce domaine ils devraient  faire de la place pour la Russie en Europe et au  Moyen Orient.

Dans ce climat de chaos généralisé, le dollar va sortir gagnant tandis que leurs partenaires lesEuropéens et leurs rivaux comme les Russes vont sortir à nouveau affaiblis.

Pourtant, au Moyen Orient tout reste possible. Les apparences sont aussi souvent trompeuses.  Le conflit et la tragédie au Moyen-Orient pèsent sur tout et sur tous même à l’autre côté de l’Atlantique.