Tag Archives: reportage

Est ce que la femme algérienne aime que son homme l’a frappe, la réponse de cette femme m’a abasourdi !


Selon le ministère de la Santé Algérien et HuffPost Maghreb  près de “60% des femmes algériennes estiment que le mari a le droit de frapper son épouse”. Une citoyenne, interrogée par la chaîne de télévision Ennahar dans un “reportage” diffusé ce samedi 25 mars 2017 sur les violences conjugales, estime que le mari qui frappe son épouse est “rejla”. Et cette violence devrait “faire plaisir” à “toute femme algérienne … pure”.

Ce passage fait le buzz sur les réseaux sociaux. Et les internautes s’indignent sur Facebook et Twitter des déclarations de cette femme. D’autres téléspectateurs dénoncent plutôt la thématique abordée par cette chaîne, accusée de “chercher à normaliser les violences faites aux femmes” auprès de l’opinion publique.

Dans ce “reportage”, filmé vraisemblablement ce week-end dans un centre commercial à Alger, des hommes et des femmes mariés ont été interrogées sur leurs opinions à propos des violences faîtes aux femmes. Le présentateur leur demandait carrément s’ils frappaient ou s’ils “ont eu” à frapper leurs épouses, se montrant même surpris par les réponses négatives.

Tandis que des pères de familles reconnaissaient, timidement, avoir déjà “eu” à lever la main sur leurs femmes ou tentaient de justifier un tel comportement, d’autres se montraient plutôt offusqués par la question, en se référant directement aux préceptes du prophète Mohammed. “Impossible …”, affirmaient-ils.

Le présentateur de la dite-chaîne a également interrogé des femmes mariées et les opinions semblaient tout aussi divergentes. Certaines estimaient que le mari a bien le droit de frapper son épouse et que cette dernière “ne doit pas atteindre ce stade”. D’autres ont qualifié cette violence de “lâcheté” et de “faiblesse”.

Mais c’est bien un passage particulier qui fait le buzz sur la toile. Interrogée à son tour, une femme a dit estimer que “la femme algérienne ‘pure’ devrait voir” dans cette violence “la virilité de son homme”. Et de son opinion, cette “rejla”, qui se traduit par de la violence, devrait “faire plaisir”. Rien que ça …

Des twittos se sont rapidement emparés de ce passage et dénoncé les propos de cette femme. Ils qualifiaient, ironiquement (ou pas) cette citoyenne de “sado-masochiste”. Ils ont également dénoncé le reportage réalisé par Ennahar, qu’ils accusent de “chercher à normaliser” le phénomène.

Quelques réactions:

réactions femme algérienne 1

réactions facebook femme algérienne homme qui ne bat pas sa femme

  • Source: HuffPost Maghreb

  • Growing up with War: Children of Syria. The tragedy of kids who have never known peace.


    (RT DOCUMENTARY )

    In almost six years of war in Syria, millions of civilians have been killed or wounded. Many have lost their homes and loved ones but the children are the most vulnerable victims of all, it’s estimated that over 8 million have been affected. RT Doc’s Maria Finoshina has reported on the developing conflict in Syria since it began. Now she returns to the devastated cities of Aleppo and Homs to meet just a few of the kids who’ve grown up with the horror of war.

    Many of the children have never known a time of peace. Most are deprived of education and even a place of safety. Traumatized by what they’ve lived through, they receive no counselling and spend their childhoods simply trying to survive: dodging bombs and snipers’ bullets, constantly on the move to escape hostilities, while earning to support their families.

    The harrowing stories include Ahmad, who survived being shot in the head by a sniper but was left partially paralyzed. For him, the simplest of routine tasks are now a struggle but he still goes to school every day. Leith watched as five of his family members, including his parents, were killed. Moayed’s house was razed to the ground and now, every member of his big family has become a refugee in their own country. They squat in a partially destroyed building, with no water or electricity.

    Millions more of Syria’s children have similar stories to tell: a whole generation is growing up with war and as the bloodshed continues, their futures remain precarious and uncertain.

    syrian man waters herbs on his roof
    “Syrian man waters herbs on the roof of his building in Arbin” 2017 (Amer Almohibany/AFP)

     

    Syrie: la révolution confisquée- (Lang:Fr-ArteTv)


    (Syria- The confiscated revolution)

    En 2011, Paul Moreira avait filmé Ali et ses amis. Révolutionnaires de la première heure en Syrie, criant sans armes leur colère contre la dynastie Assad. Il l’a retrouvé cette année en Turquie. Ali raconte le désastre humain, politique, idéologique. Les images d’aujourd’hui se confrontent aux visages d’hier. Un reporter de guerre face à son témoin. Un journaliste face à son travail.

    C’est l’histoire du dérapage de la révolution démocratique syrienne qui est raconté à travers un petit groupe d’hommes. Ils parlent sans langue de bois, ni faux semblants, comme s’ils retrouvaient un vieil ami. Leur histoire commencée dans l’espoir. Elle tourne à la tragédie.

    En mars 2016, Ali repart combattre en Syrie. Mais cette fois, le pays a changé. Daesh est partout et il doit combattre avec des armes empruntées aux militaires turcs.

    Au bout de trois mois, il est blessé et doit rentrer en Turquie.

    Paul Moreira retourne le voir. Ali décrit un pays ravagé par des bandes d’adolescents suicidaires, manipulés par Daesh. Il a ramené des preuves, des images, troublantes d’enfants soldats et de destructions.

    http://www.arte.tv/player/v3/index.php?json_url=https%3A%2F%2Fapi.arte.tv%2Fapi%2Fplayer%2Fv1%2Fconfig%2Ffr%2F073307-000-A%3Fplatform%3DINFO%26autostart%3D1%26primaryAudioVersion%3DVF-STF&lang=fr_FR&config=arte_info&embed=1&mute=0

     

    Source: Arte.fr

    Autres vidéos:

    • L’armée syrienne a accusé Israël d’avoir tiré, dans la nuit de jeudi à vendredi, des roquettes sur l’aéroport militaire de Mazzé, à partir d’un secteur situé près du lac de Tibériade dans le nord de l’État hébreu.

     

    Envoyé Spécial – Alep au coeur de la guerre (At the peak of the Syrian War in Aleppo)


    • Alep : au cœur de la guerre, reportage.

    Depuis quelques jours, les bombardements sont de nouveau très intenses sur Alep-Est, le quartier emblématique de la résistance à Bachar El-Assad. Le pouvoir est en passe de reprendre le contrôle de la ville. La situation des habitants, pris au piège, devient extrêmement critique. Depuis quelques semaines, des civils opposants au régime filment pour Envoyé Spécial (France2 Télévisions) la vie quotidienne sous les bombes, au risque de leur vie.

    1. English: Aleppo: At the peak of the Syrian war, documentary. As Syrian forces are on the way to retake Aleppo and to retake Aleppo’s final rebel footholds, tens of thousands of civilians are caught in the crossfire. The city’s eastern districts — which President Bashar al-Assad’s forces lost to the rebels in 2012 — have seen the fiercest bombardment of Syria’s war. Hospitals are systematically targeted, blood banks have been destroyed, and the crisis deepens through a crippling government blockade.
    • Actualités pour la ville d’Alep:

    Selon le Monde, à la demande de la France, une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU sur la situation à Alep-Est s’est tenue mercredi 30 novembre à New York. Et s’est achevée sans résultat, nouvelle preuve de l’impuissance de la communauté internationale face au conflit syrien.

    Néanmoins, la Russie a proposé la création de quatre couloirs humanitaires à Alep-Est, a indiqué aujourd’hui un responsable des Nations unies, qui espère pouvoir évacuer les blessés et acheminer de l’aide dans la partie de la ville assiégée par les forces du régime syrien.

    Aujourd’hui, le  3 Décembre, Sputnik France a rapporté que les États-Unis ont remis à la Russie de nouvelles propositions concernant le règlement de la situation à Alep, qui coïncidaient avec les approches de Moscou, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

    • Quelle est la situation humanitaire ? (Source: Libération.fr)

    «Alarmante et effrayante», selon Stephen O’Brien, responsable des affaires humanitaires à l’ONU. «Une lente descente aux enfers», d’après la porte-parole du Programme alimentaire mondial.

    «Une catastrophe»,pour le Quai d’Orsay. «La situation est horrible. On ne cesse de nous amener des blessés et des morts, nous sommes complètement dépassés. L’odeur de sang est partout», dit l’infirmier d’un dispensaire. D’autres habitants décrivent à Libération «une pluie de bombes».

    En deux semaines, plus de 250 civils ont été tués, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Les insurgés ont, quant à eux, tué au moins 27 civils en tirant des roquettes sur les zones gouvernementales.